"SIDHARTHA" as seen in July 2007 at the festival Villeneuve-en-Scene, Villeneuve-les-Avignon, France

Sidharta

voir video reportage 5 juillet

"Une interprétation magique et colorée dans un univers harmonieux liant vie et nature, chants, danses, couleurs et baigné de musique... Une vingtaine d'artists indiens nous fait toucher du doigt leur culture et leur art par une gestuelle toute en délicatesse" J-M Gautier La Marseilleise 12.07/2007

ABHINAYA WEBSITE

photo3

Le théâtre d'Abhinaya vient du bout méridional de l'Inde, de Trivandrum, au Kerala. L’équipe présentera "Sidharta", d’après Hermann Hesse - à noter cette première européenne à l’occasion du festival Villeneuve-en-Scène du 6 au 22 juillet 2007 - 20 artistes indiens qui font le déplacement pour partager avec nous, et nous faire toucher du doigt leur culture, leur art…

Le théâtre d'Abhinaya a été formé en 1994 par D. Reghoothaman, acteur et directeur de la compagnie. Reghoothaman a passé deux ans avec le Footsbarn Travelling Theatre de 1996 à 1998, pour "l'Odyssée" d’Homère. La première de cette pièce était programmée alors au festival officiel d'Avignon 96.

À plusieurs occasions, Abhinaya, a accueilli le Footsbarn à Trivandrum, en collaboration avec le Prithvi Theatre de Mumbai.

Son travail est tourné vers un public local, cependant, "Sidharta" a déjà voyagé nationalement en Inde, notamment à Mumbai, New Dehli, Bangalore.....

Abhinaya utilise l’essentiel du théâtre traditionnel pour basculer vers le théâtre contemporain et pour explorer de ce fait plutôt un théâtre expérimental. L’équipe s’est battue pour être un centre indépendant de formation, pratiquant la recherche sans imposer de philosophie, le temps prouvera l'existence et la pertinence de toute philosophie.

En théâtre responsable, le groupe intervient pour une politique culturelle liée au social. Abhinaya propose d'établir un village de théâtre à Plathara, dans la banlieue de Trivandrum : avec une école de théâtre, des petites maisons, des ateliers de recherches, une bibliothèque, des studios pour sculptures /arts plastiques/musiciens. Le village ainsi défini reflèterait toute l'approche entourant Abhinaya pour le théâtre liant Vie et Nature - une harmonie rare pour la communauté, en marche. Le groupe pense que le développement social passe par un développement culturel, et acte.

"Sidharta" a été représenté pour la première fois en 2003, et mis en scène par M G Jyothish. D. Reghoothaman joue le rôle principal de Sidharta.

La pièce est un regard contemporain sur l'histoire des techniques de découvertes spirituelles mais en utilisant les formes théâtrales indiennes traditionnelles. Le tout est une interprétation spectaculaire et colorée de ce roman bien connu.

photo3

Note de mis en scène – Jyothish M.G.

Dès leur naissance, les hommes sont aigris. Leurs idéologies, leurs mots, leurs espoirs et leurs angoisses voilent et teintent la manière dont ils se perçoivent, la manière dont ils perçoivent le monde qui les engloutit et dans lequel ils se démènent. La tradition veut que seuls les êtres naturels et respectables soient dignes de Sainteté.

La Vérité telle qu’elle est, nous est imposée et doit être inéluctablement acceptée.

Certains d’entre nous ont sûrement en eux une véhémence contre toutes formes d’exploitations. Mais un simple regard à l’intérieur de soi suffit à prouver que nos traditionnelles habitudes de préjugés et de croyances déterminent notre structure d’esprit, elles nous rendent esclaves et soumis au fonctionnement des structures exploitantes dominantes.

Peut-être sommes-nous hautement respectables et parfaits! Mais hélas, un homme parfait, droit, respectable ne pourra jamais s’approcher un tant soi peu de la Vérité.

Simplement parce que la Vérité est impraticable.

La beauté de la Vérité réside dans cette impraticabilité. La Vérité n’est autre que la Vie. La Vie elle-même est Vérité. Elle ne peut être expliquée par des idéologies, des nuances de mots ou à travers les teintes d’espoirs et d’angoisses.

photo1

Synopsis

Quand la pièce commence, le vieux Sidhartha est couché sur les berges d'une rivière, près du bac. Vasudevan, le passeur, le prend dans son bateau. Sidhartha évoque les souvenirs de sa vie. Il rêve qu’elle ne puisse jamais s’écouler en arrière comme à regret. Vasudevan lui répond que si la rivière devait couler en arrière et retourner les pierres, le sable et les feuilles tombées, ils ne seraient plus pareils de toute façon.

Sidhartha voit sa mère, son père, Kamala, Govindan et Bouddha passer devant lui comme dans une illusion.

Le jeune Sidhartha est alors en quête d’étancher sa soif, par une recherche de vérité ultime. L'apprentissage de Veda et Upanishad devient vite trop simple exercice pour lui. Il veut être un Shramana Sanyasin et informe de sa décision de voyage et découvertes, son père, qui s’y oppose. Malgré cela, Sidhartha maintient sa position. Sa mère lui offre un larmoyant adieu.

Govindan, l’ami de cœur de Sidhartha, le suit comme une ombre. Quand Sidhartha se lance à devenir un Shramana Sanyasin, Govindan le rejoint aussitôt. Ils traversent ensemble les épreuves de mortification et autres rites similaires, à la recherche de la vérité. Mais à un moment, Sidhartha sent qu'il n’obtient que monotonie et que s’ils continuent cette route, ils ne seront pas capables d’accomplissement. Govindan suggère d’aller à Bouddha et Sidhartha consent. Ils le rencontrent et écoutent son prêche. Govindan choisit de tenter la voie d’un Bouddha Sanyasin. Mais Sidhartha continue son voyage seul. Il informe Bouddha qu'il n’est pas à la recherche d'une meilleure philosophie ou d’un meilleur enseignement. Mais qu’il veut atteindre la vérité par son propre chemin, unique.

Govindan manque à Sidhartha mais cette sensation diminue peu à peu. Son chaos intérieur grandit et un tourbillon de confusion s’empare de lui. Il finit sur les berges d’une rivière, près du bac. Vasudevan, l’homme du bac, le trouve et le fait passer de l’autre côté.

Une nouvelle idée le saisit, et il décide de ne plus se faire de mal afin d'atteindre la vérité. Il sera dès lors son propre Gourou.

Il atteint une ville et à l'entrée d'un jardin, rencontre une belle femme, Kamala, une courtisane. Et soudain il se rend compte qu'il est en train de tomber amoureux. Il lui déclare sa flamme. Mais elle lui rétorque qu’il doit être suffisamment riche pour lui présenter des cadeaux luxueux... Elle le dirige vers Kamasamy, un commerçant de son choix, tout en lui donnant un baiser en réponse à un poème qu’il a improvisé en son honneur.

Il rencontre Kamasamy et lui dit qu'il peut penser et attendre, qu’il est étudiant rapide. Kamasamy lui explique alors les façons tordues de commercer qu’il a adoptées. Cependant Sidhartha décide de devenir partenaire de son commerce.

Le Sidhartha ascétique devient un homme d'affaires riche et gagne Kamala. Mais souvent Sidhartha a tendance à dévoiler son envie profonde de vérité. Kamala dit qu'il est resté un Sanyasin dans son fort intérieur et qu’il n'aime pas vraiment n'importe qui. Son détachement la rend triste.


Kamasamy réprimande Sidhartha pour son style peu orthodoxe d'homme d’affaires. Sidhartha lui répond qu'il ne veut pas finir par devenir un méchant commerçant. Kamasamy clame que c'est grâce à lui que Sidhartha est devenu riche. Sidhartha veut faire entendre qu'il pourrait avoir appris le prix d'un panier plein de poissons, ou le taux d'intérêt d'argent qu'il prête, autrement. Et qu’il avait appris à penser bien avant de le rencontrer lui, Kamasamy.

Sidhartha paraît en repli. Il remet en cause son rôle de commerçant. Il se met à boire beaucoup et se justifie ainsi sauvagement de ses mauvaises manières. Kamala vient le rencontrer et lui demande quel âge il a... Elle le console et lui apporte réconfort. Mais le détachement éternel que Sidhartha montre parvient à son zénith. Kamala lui dit que la chaîne des relations toujours se trouve brisée, cependant que nous résistons, la solitude est le fait central et inévitable de l’existence humaine.

Sidhartha se bagarre avec lui même. Il combat les multiples reflets contradictoires de ses différentes facettes pour évoluer. Kamasamy le défie en un jeu dans le jeu. En premier Sidhartha gagne et puis vient le tour de Kamasamy de gagner, et en une ultime partie, Sidhartha gagne et rafle à Kamasamy toutes ses richesses. Mais Sidhartha dégoûté, rend le tout à Kamasamy. La crise intérieure de Sidhartha est profonde, et il se demande comment il a pu vouloir devenir commerçant comme Kamasamy. Il lui arrive alors de rencontrer à nouveau Bouddha. Bouddha lui dit qu’il est futile de résister aux contradictions des mots sur le terrain sauvage des opinions et lui demande de faire attention.

Sidhartha se retrouve encore sur les berges de la rivière, vers le bac. Vasudevan, l’homme du bac qui est délicieusement ignorant, le prend dans son bateau. Il enseigne à Sidhartha à écouter la rivière, la rivière coulant de vie. Sidhartha s’épanouit dans un nouvel éveil. Vasudevan demande à Sidhartha de reprendre le rôle d’homme du bac, le rôle de passeur, et il s’en va. Sidhartha peut alors commencer à couler et flotter, vivre.

Fiche technique "Sidharta"

Adaptation, mise en scène et lumières : Jyothish M G

Avec:

D Reghoothaman (Sidhartha)

Gopalan (Kamasamy)

Sreenivas V K (Vasudevan) (Boat Man) Shajahan (Buddha)

Baiju S (Govindan)

Kani K (Kamala)

et avec :

Jayamon C, Manu V R, Sreekantan S S, Shibi Jose, Bilas Nair, Kannanunni A, Sam George Murukanbabu, Sudheer C K, Pratheesh

Musique : Biju K

Avec le soutien de:

Indian Council for Cultural Relations, Govt. of India, Department of Tourism, Government of Kerala

Special Thanks to: Sanjna Kapoor, Prithvi Theatre, Mumbai

Contact:

France: John Kilby johnkilby03@yahoo.fr Tél: 06 3112 5968 http://blog/johnkilby.com

Inde: D. Reghoothaman – directeur abhinayatheatre@yahoo.in

Bhandu Prasad – administration www.abhinayatheatrevillage.org